L'univers Moto

Peut-on rouler avec le voyant antipollution allumé ?

  • Mes articles

Bienvenue sur monpiaf.fr, passionné de mécanique et de l’univers automobile en général, je vous partage mon savoir faire et j’essaye de répondre aux questions les plus fréquemment posées.

×

Bienvenue sur monpiaf.fr, passionné de mécanique et de l’univers automobile en général, je vous partage mon savoir faire et j’essaye de répondre aux questions les plus fréquemment posées.

Latest Posts

Lorsque vous circulez avec votre voiture, il n’est pas rare de voir certains voyants s’allumer sur votre tableau de bord. Au nombre de ceux-ci, on retrouve le voyant antipollution. Lorsque ce dernier est allumé, vous devez chercher à en connaître les raisons afin de mieux réagir. Ainsi, beaucoup se demandent s’il est possible de continuer à conduire son véhicule lorsque ce voyant est allumé. Si vous faites partie de ce groupe de personnes, voici quelques indices qui certainement répondront à votre inquiétude.

Le voyant antipollution : de quoi s’agit-il ?

Sur la plupart des véhicules, le voyant antipollution est de couleur jaune. Il se présente également avec un pictogramme qui est à l’effigie du moteur. Ce qu’il a de particulier, c’est qu’il présente un mode de fonctionnement original. En effet, contrairement au voyant d’alerte d’huile ou du témoin de température du moteur, il a 3 modes d’allumage.

Il est donc possible qu’il clignote ou qu’il reste allumé par intermittence. Celui-ci peut aussi rester fixe et s’accompagner d’un message affiché sur votre tableau de bord. Chaque mode d’allumage renvoie à une signification bien précise.

De façon générale, lorsque ce voyant s’allume, cela augure un dysfonctionnement mineur ou majeur du moteur (son système de gestion). Celui-ci est principalement contrôlé par un système capable d’effectuer de façon indépendante un diagnostic de votre véhicule. Ce dernier étant réglementé par 2 conventions internationales.

Le premier est le système EOBD (European On Board Diagnostic) exclusivement réservé pour l’Europe. Le second quant à lui, est le système OBD destiné pour les USA. Il faut aussi noter que ces systèmes deviennent assez exigeants. De ce fait, ils s’assurent au mieux de contrôler la diffusion des gaz d’échappement provenant des véhicules.

Par ailleurs, les pannes relatives à la gestion du moteur engendrent une combustion inadéquate ou incomplète du carburant. Cela impactera obligatoirement sur l’émission de gaz à effet de serre. C’est la raison pour laquelle, le voyant antipollution a été communément adopté.

Le rôle du système antipollution

Ce mécanisme a essentiellement pour objectif de participer à la dépollution du moteur. Pour ce faire, il agit pendant la phrase de combustion et de postcombustion.

Au cours de la phase de combustion

Pendant cette phase, 4 accessoires sont sollicités par le système. En premier, il y a le capteur PMH qui participe à l’injection du carburant. Il permet aussi de calculer le régime moteur, ce qui lui donne la possibilité de déterminer la quantité de carburant à injecter.

Ensuite, il y a le capteur de pression de l’air. C’est ce dernier qui favorise la dépollution et qui assure la réussite de la combustion. Pour ce faire, il faudra que la proportion idéale air/carburant soit respectée à l’intérieur du moteur.

Outre ces deux capteurs, il y a le capteur de température liquide de refroidissement. Celui-ci se charge de déterminer la température diffusée par le moteur. Lorsque cette valeur est incorrecte, cela peut avoir un impact sur l’enrichissement du carburant et de l’air. Dans un tel cas, cela fausse la combustion et favorise l’expulsion de fumées noires.

Enfin, il y a la sonde à oxygène. Elle se situe généralement au niveau de l’échappement et contrôle le fonctionnement des 3 premiers composants. En plus, elle permet de contrôler la teneur en oxygène des gaz lors de la combustion.

Au cours de la postcombustion

Ici, il y a 2 composants qui sont sollicités. D’une part, la sonde à oxygène du post-catalyseur dans un moteur à essence et la sonde de pression différentielle pour un moteur diesel. Le premier calcule le taux d’oxygène dans le catalyseur tandis que le second contrôle la pression dans le filtre. Dans le cas où celle-ci est excessive, elle se charge de le colmater. Si elle est insuffisante, elle supprime le filtre. D’autre part, la vanne ERG qui empêche la diffusion des gaz à effet de serre.

Que comprendre des modes d’allumage du voyant antipollution ?

Comme susmentionné, il y a plusieurs modes d’allumage du voyant antipollution. Il est donc possible que :

  • le voyant s’allume et s’éteint de façon momentanée ;
  • le voyant s’allume en permanence ;
  • le voyant clignote en permanence.

Dans le premier cas, vous n’avez pas vraiment à vous inquiéter. En réalité, cela relève d’un problème mineur qui ne modifiera en rien le taux d’émission des polluants.

Dans le deuxième cas, le voyant vous signalera un dysfonctionnement permanent capable d’influencer sur les émissions de gaz. Vous constaterez alors que le voyant s’allumera de la même façon que dans le premier cas. Ensuite, il s’allumera de façon permanente après une certaine durée de conduite.

Dans le dernier cas, le voyant s’allumera selon une fréquence régulière (une fois par seconde). Ceci peut traduire un problème susceptible d’engendrer un dommage ou la destruction du catalyseur. Le message suivant « anomalie pollution » s’affichera alors sur le tableau de bord de votre voiture. De plus, votre véhicule passera en mode dégradé pour ce qui est mauvais pour le fonctionnement du moteur. Votre véhicule sera donc en proie à une perte de puissance ou un dysfonctionnement du turbocompresseur.

Comment réagir face à ces cas ?

Le fait que votre système antipollution s’allume n’est pas toujours sans danger. En effet, cela peut dans certains cas avoir des conséquences désastreuses sur votre voiture. Ainsi, il est principalement recommandé de vous rendre dans un garage ou de faire appel à un mécanicien.

Toutefois, pour les véhicules qui ont plus de 4 ans et dont le poids ne dépasse pas 3,5 tonnes, il est obligatoire d’entreprendre un contrôle technique. Par ailleurs, il serait plus judicieux de réaliser cette procédure tous les 2 ans auprès d’un centre agréé.

Aussi, si vous ne souhaitez pas faire l’objet d’un recalage pendant le contrôle technique, il serait idéal de consulter votre garagiste pour entreprendre une révision. Cette option variera en fonction du garagiste que vous avez contacté.

Est-il possible de continuer par rouler ?

Il est tout à fait possible de continuer par rouler lorsque le voyant antipollution de votre voiture est allumé. Toutefois, cela dépendra de la situation qui prévaudra. En effet, s’il s’allume en permanence, sans que le moteur présente des signes de dysfonctionnement, vous pouvez continuer à conduire votre voiture. Si le voyant clignote et que vous remarquez une baisse des performances du moteur, il est préférable de se tourner vers le garagiste le plus proche.

 

 

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Content
1
Amoureux
0
Pas sur
0

Vous aimerez aussi

Plus dans :L'univers Moto

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *