Mobilité & Transport

Assurance camping-car: Comment choisir le bon assureur ? Devis gratuit

Fondateur du site Monsieur Vintage le 14 février 2014, je suis passionné de moto, de road-trips et d’aventure.

Attiré par le vintage et le néo-rétro, j’ai précédemment travaillé à différents postes Marketing/Développement pour Auto-Plus, Sport Auto, Auto Journal, Le Journal de l’Automobile, La Centrale puis comme journaliste auto/moto pour La Revue Automobile, ABC Moteur, Tendances Vintage et Clubic.

La vie est courte, le monde est grand, il y a tant à découvrir mais en toute sécurité alors bonne route et soyez prudents.

follow me
×

Fondateur du site Monsieur Vintage le 14 février 2014, je suis passionné de moto, de road-trips et d’aventure.

Attiré par le vintage et le néo-rétro, j’ai précédemment travaillé à différents postes Marketing/Développement pour Auto-Plus, Sport Auto, Auto Journal, Le Journal de l’Automobile, La Centrale puis comme journaliste auto/moto pour La Revue Automobile, ABC Moteur, Tendances Vintage et Clubic.

La vie est courte, le monde est grand, il y a tant à découvrir mais en toute sécurité alors bonne route et soyez prudents.

S’il est bien un secteur qui ne connaît pas la crise en France, c’est celui des camping-cars. Avec la pandémie débutée mi-mars 2020 et 111 000 décès dus à la Covid-19 en France en 15 mois, les Français ont besoin d’évasion et de liberté pour enfin re-goûter à la vie.

Une des conséquences de cet appétit légitime est le boom que connaît le camping-car depuis plus d’un an. Pour y voir clair, voici quelques conseils concernant l’assurance (obligatoire) pour ce type de véhicule, qui vous emmènera loin des zones urbaines.

Le camping-car en plein boom

Les ventes de camping-cars ont été multipliées par 2,5 en France entre mars 2020 et 2021. Rien qu’en mars 2021, il s’en est vendu un peu plus de 10 000 unités dans l’hexagone, soit 5 000 de plus qu’en mars 2020. Et sur une année complète (mars 2020 – mars 2021), 93 000 camping-cars ont été achetés sur le territoire, dont 27 000 modèles neufs (source : UNI VDL, syndicat des véhicules de loisirs). Un succès qui allonge les délais de livraison, qui peuvent pour certains constructeurs s’étirer de 8 à 12 mois (certaines concessions ont vu leurs ventes augmenter de 85% en un an). En Europe, ce ne sont pas moins de 2 millions de camping-cars qui circulent, dont 500 000 en France. 

Un parc important qui connaît une forte progression, à raison d’un budget moyen de 55 000 euros par camping-car. Autant dire un investissement qui se doit d’être protégé du mieux possible, en l’assurant comme il se doit. 





Différents types de camping-cars

Un camping-car est considéré comme un véhicule automobile de moins de 3,5 tonnes, qui se conduit avec un permis B. À partir de 4 ans, il doit passer un contrôle technique tous les deux ans et une visite anti-pollution tous les deux ans également. À l’instar des automobiles, l’assurance d’un camping-car est obligatoire ; il convient donc de bien se renseigner au préalable pour être couvert au mieux, tout en optimisant son budget car les tarifs peuvent vite grimper. 

Mais avant d’entrer dans le vif du sujet et pour se familiariser avec les différents types de camping-cars, voici les carrosseries existantes pour ce type de véhicule :

  • Le profilé

Il est construit sur la base d’un châssis classique, de taille moyenne et à la ligne aérodynamique, tel que le modèle 640 chez Chausson.

  • Capucine

Un camping-car à capucine se caractérise par une zone de couchage située au-dessus de la cabine, ce qui augmente la capacité de couchage tout en conservant le même encombrement au sol. La capucine est la partie qui se trouve sur la cabine. Un modèle type de capucine : le C690 de Pilote.

  • Intégral

Ce camping-car est fabriqué sur la base d’un châssis nu et comme son nom l’indique, il est totalement recarrossé. C’est le « must » du camping-car et considéré comme le mieux équipé, le plus luxueux. Un exemple : la série 8F chez Rapido.

  • Le fourgon

Il s’agit d’un fourgon aménagé, ou Van. Sur la base d’un utilitaire, ce véhicule moins encombrant qu’un camping-car classique conserve sa carrosserie d’origine. Il peut être livré entièrement aménagé par la marque ou équipé chez des prestataires spécialisés. Le toit peut être réhaussé, ou abriter une tente couchage, ainsi qu’un store latéral. Un exemple de fourgon aménagé : le Volkswagen California, un modèle très réussi, digne descendant du célèbre Combi.

Ce qu’il faut savoir pour trouver l’assurance idéale

Les critères pris en compte par les assureurs

Il est important de connaître les critères principaux utilisés par les compagnies d’assurance afin de trouver le meilleur devis pour un camping-car. Ils sont au nombre de 14 :

  • Le profil : êtes-vous jeune conducteur ou non ?
  • Le type de couverture souhaitée : tiers, tiers + vol ou tous risques ?
  • Circulation zone pays carte verte ou hors-zone ? *
  • Le bonus/malus : déterminant pour le tarif final
  • Suspension ou retrait de permis de conduire
  • Véhicule neuf ou d’occasion ?
  • Puissance fiscale
  • Valeur du véhicule à assurer
  • Kilométrage annuel parcouru
  • Parking clos ou pas ?
  • Nombre de sinistres des 3 dernières années
  • Marque : française ou pas ?
  • La valeur du véhicule : plus il est cher, plus vous paierez
  • Utilisation temporaire ou à l’année ? En effet, le camping-car ne s’utilise pas comme une voiture. Il est souvent utilisé en période printanière et estivale, pour retourner au parking à l’automne venu. Pensez à moduler vos garanties en fonction des périodes d’utilisation du véhicule.

*Les pays « carte verte » est un dispositif mis en place par les états membres afin de faciliter la circulation entre pays signataires de cette charte. Dans ces pays, il n’est pas nécessaire de souscrire une assurance locale pour les traverser.

Liste des pays « carte verte » :

  • Allemagne
  • Autriche
  • Belgique,
  • Bulgarie,
  • Chypre,
  • Croatie,
  • Danemark,
  • Espagne,
  • Estonie,
  • Finlande,
  • France,
  • Grèce,
  • Guadeloupe,
  • Guyane Française,
  • Hongrie,
  • Irlande,
  • Islande,
  • Italie,
  • Lettonie,
  • Liechtenstein,
  • Lituanie,
  • Luxembourg,
  • Malte,
  • Martinique,
  • Mayotte,
  • Monaco,
  • Norvège,
  • Pays-Bas,
  • Pologne,
  • Portugal,
  • Roumanie,
  • Royaume-Uni,
  • République Tchèque,
  • Réunion (La),
  • Saint Pierre Et Miquelon,
  • Saint-Siège (État De La Cité Du Vatican),
  • Serbie,
  • Slovaquie,
  • Slovénie,
  • Suisse,
  • Suède.

Vigilance

Lorsque vous ferez votre demande de devis pour assurer votre camping-car, soyez bien vigilant sur plusieurs points :

  • Le niveau des garanties
  • Les tarifs
  • La franchise : montant ? Conditions ?
  • Les exclusions de couverture
  • Les plafonds de remboursement

Le conducteur secondaire

Conduire un camping-car reste physique, même si le confort est présent et la route agréable, dans la longueur et dans le temps. Contrairement aux déplacements en voiture, le camping-car appelle à de longs road-trips, qui s’étalent sur de longues distances aussi bien en France qu’en Europe. C’est la raison pour laquelle il est utile de prévoir un second conducteur, ne serait-ce que pour se reposer un peu de temps en temps. Ce second conducteur, qui est généralement le conjoint, doit être également assuré.

Comment faire pour assurer au mieux ce second conducteur ? Voici quelques conseils à suivre pour qu’il (ou elle) soit également couvert (e). Parce que si ce second conducteur n’est pas assuré auprès de votre compagnie, la balade peut se transformer en cauchemar en cas de pépins. Car s’il est responsable d’un accident sans couverture, les responsabilités vous retomberont dessus. Vous ne serez pas indemnisés des dégâts et pire encore, en cas d’accident en tort, les préjudices commis sur un tiers seront à votre charge. 

Il est donc primordial, lorsque que vous contracterez une assurance pour votre camping-car, d’assurer également le second conducteur qui prendra la relève lorsque vous serez fatigué de conduire. 

Pour assurer un second conducteur auprès de votre compagnie d’assurance, il faudra simplement le demander en indiquant le nom de la personne, la date de son obtention de permis de conduire et sa date de naissance. Le second conducteur sera ainsi assuré sur les mêmes bases que votre contrat personnel

Assurer un second conducteur est-il payant ?

Si le second conducteur est votre conjoint, qu’il possède le permis de conduire depuis plus de 5 ans et qu’il n’a pas d’antécédents aggravants d’assurance, la compagnie d’assurance ne devrait pas demander de supplément. Certains assureurs ne font rien payer en plus, c’est le cas de la MACIF. Mais il vaut mieux faire la demande et surtout bien déclarer cette personne qui conduira ponctuellement. Les conditions peuvent varier d’une compagnie à une autre.

Notre conseil : utiliser un comparateur d’assurance

Armé des conseils que nous venons de communiquer, vous pouvez d’ores et déjà faire vos démarches pour trouver le meilleur tarif d’assurance pour couvrir votre véhicule et votre personne en cas d’accident. Afin de gagner du temps dans vos démarches, vous pouvez également faire appel à un comparateur d’assurances qui vous permettra, en quelques lignes, de saisir vos informations et trouver l’assureur qui vous proposera le tarif le mieux adapté à vos besoins. 

Le gros avantage du comparateur est d’obtenir en quelques clics plusieurs propositions tarifaires, mais aussi et c’est important de recevoir par mail les conditions complètes ; options, garanties etc. … un vrai plus pour entrer dans le détail.

À noter donc que sur certains comparateurs, il vous sera demandé de renseigner vos coordonnées personnelles afin que les compagnies vous recontactent pour vous proposer leurs tarifs et leurs prestations. N’hésitez pas à faire jouer la concurrence pour obtenir le meilleur rapport prix/prestation pour votre camping-car.

Pour exemple, nous avons utiliser différents comparateurs pour assurer un Van neuf de chez Challenger : modèle 114 Start Edition (puissance fiscale : 8 chevaux, motorisation Diesel, 120 chevaux) d’une valeur de 40 990 euros, en tous risques et avec un bonus de 20%. 

Tout d’abord, il est important de savoir que si vous envisagez de résider à l’année dans votre camping-car, la majorité des compagnies d’assurance refusera de vous assurer. Il faut en effet fournir une adresse fixe, mais un terrain ou un camping sont acceptés.

Autre point à noter, faites attention au poids de votre véhicule. S’il dépasse les 3,5 tonnes, certaines assurances refuseront également de vous assurer car le camping-car sera alors considéré comme poids-lourd. 

Les tarifs

Globalement, un van (ou fourgon) coûte moins cher à assurer qu’une capucine, un profilé ou un intégral, en raison de son prix moins cher à l’achat et son équipement plus réduit. 

Le tarif moyen est de 364 euros par an pour un van avec 50% de bonus (prime annuelle de 272 à 456 euros en fonction de la compagnie et des options) et de 432 euros par an pour les autres types de carrosserie (prime annuelle entre 324 et 540 euros en fonction de la compagnie et des options choisies). 

Pour notre van Challenger V114, la proposition tarifaire moyenne que nous avons obtenu est de 800 euros par an, en raison des 20% de bonus mais avec une couverture tous risques, une assistance dès 0 km et un remboursement de la valeur neuve pendant 12 mois (certaines compagnies assurent sur la valeur neuve pendant seulement 6 mois, d’où l’importance de bien se renseigner).

Avant de signer votre contrat, pensez à bien relire toutes les conditions générales de votre assureur, les garanties et les options choisies. Au moment de contracter votre assurance, vous devrez fournir une copie recto/verso de votre permis de conduire, un relevé d’informations d’assurance de 36 mois (24 mois si votre bonus est de 50% ou plus), la copie de la carte grise définitive du véhicule et un relevé d’identité bancaire.





 

F.A.Q

Afin de compléter ce dossier, nous avons regrouper certaines questions que se posent les propriétaires de camping-cars par rapport à l’assurance de leur véhicule. Voici une liste des principaux thèmes récurrents en rapport avec le camping-car :

COMMENT DÉCLARER UN SINISTRE AVEC MON CAMPING-CAR ?

Déclarer un sinistre avec un camping-car revient à déclarer un sinistre auto classique. À savoir que vous devez rédiger un constat.

Pensez à signaler s’il y a des blessés. La déclaration du sinistre doit être faite dans les 5 jours ouvrés qui suivent et dans les 2 jours ouvrés en cas de vol. N’engagez pas de dépenses avant que la déclaration ne soit faite à l’assureur.

PEUT-ON VOYAGER À L’ÉTRANGER ?

Si vous possédez un camping-car, vous pourrez normalement voyager où vous voulez. En tout cas, vous pourrez le faire sans aucune restriction dans la zone « Pays Carte Verte » énoncée précédemment. Si vous voyagez hors de ces pays, renseignez-vous parce qu’une assurance locale peut être nécessaire.

Renseignez-vous malgré tout au préalable sur le ou les pays que vous traverserez. En Croatie par exemple, le camping est autorisé mais pas de dormir dans son camping-car n’importe où, il vaut donc mieux passer la nuit dans un camping.

LES ÉQUIPEMENTS DE MON CAMPING-CAR SONT-ILS COUVERTS PAR L’ASSURANCE ?

C’est une question souvent posée par les camping-caristes. Oui, Il faut savoir que tous les équipements de série prévus au catalogue du constructeur installés « en dur » dans votre camping-car sont couverts par l’assurance.

Concernant les autres équipements « rapportés » du type hifi, appareils électriques, vidéo, ordinateurs, antennes portables ne sont pas couverts. Ils peuvent l’être dès lors que vous opterez pour l’option « Accessoires et contenu privé du véhicule », jusqu’à une hauteur de 10 000 euros. Pensez à en parler avec votre assureur avant de faire votre choix.

Quelle est votre réaction ?

Excité
0
Content
0
Amoureux
0
Pas sur
0

Vous aimerez aussi

Laissez une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *